Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/07/2011

Le retour (1) - Fragments de vie

(Extrait de mon roman en cours de réalisation)

Derb Sultan

J'y reviens

J'y reviens avec la peur incessante de trouver tout changé. J'y reviens avec l'espoir incessant de retrouver mon histoire  et mes racines . Ramasser les bribes. Recoller les fragments dans le but de remonter aux origines éparses et incertaines. Origines in-originelles pourtant.

"Vas te reconstruire ailleurs..." m'a-t- on dit avec déférence. "En cet état de choses on ne peut rien pour toi". Coup de couperet qui sépara ma tête aqueuse de mon être quand cette sentence fût proférée avec un flegme presque jubilatoire et triomphant.

Le ciel s'est écroulé sur ma tête...Le vide.

Le vide avec un trop plein de choses et d'idées hétèroclites.

Ma tête est devenue  comme une sorte de passoire aux milles trous. Les pensées y circulent à leur gré. Entrent et sortent tel un courant d'air. Toute une vie - la mienne peut -être, allez le savoir - défila en une fulgurante vitesse.

Le retour

Voilà le fin mot de ladite histoire. Pierre d'achoppement pour entreprendre cette reconstruction.

Juillet 1966. Camion Bedford, déménagement pour Casablanca. La ville monstre. La cité qui va m'accueillir. Ma mère adoptive... Celle qui va me forger. 

Derb Sultan - Quartier Bouchentouf

J'y reviens

Rien n'a bougé comme si le temps s'était arrêté. Ni la maison, ni les ruelles, ni les échoppes des petits commerçants. Rien. Rien n'a changé sauf les visages qui sont plus tristes et aux traits tirés à force de misère et de souffrance.

J'y reviens le coeur gros.

J'y reviens avec l'intime conviction de recoller les débris. Retrouver le temps et mes rêves de jeunesse. Reconstruire les espaces infimes de ma mémoire.

J'y reviens

Où en suis-je de mes rêves de jeunesse?

 [...]  

Rachid Daouani

Casablanca, le 4 Juillet 2011. Tous droits réservés

 

11:42 Écrit par danyrachid dans Récits | Commentaires (5) | | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Extrêmement beau , touchant , respect d'une allégeance de retour promises il y a des années . la découverte d'un temps qui s'arrête qui ne change pas qui demeure dans le temps , continue son chemin avec l'unique changement de la joie en tristesse , les gens avaient la foie sauf que de jour en jour , de mois en mois , d'année en année ça devient lourd et difficile mais pas impossible , ces gens là essaient de reprendre le relai de continuer leurs chemins et attendent une occasion pour effacer cette turpitude qui empoisonne leur vie .
Bravo encore une fois chef Danny . tous mes respects

Écrit par : sousou | 05/07/2011

En réalité, il n'est guère surprenant que sous le soleil le nuage nous éclate en pluie perlée, qu'un magicien de sa houppelande sorte un beau lapin tout blanc . . .
"Il n'est rien de nouveau, le poète a tout dit, tout écrit, tout souri"

Écrit par : zoumba | 05/07/2011

Bravo !
On comprend alors que l'absence était Présence
au plaisir de lire les nouveaux papiers du Maître

Écrit par : zoumba | 05/07/2011

Merci, Rachid.
Quel lien précieux!
Bien amicalement
Giulia

Écrit par : Giulia | 12/07/2011

Quand reviens-tu pour de bon?
Amitiés
Giulia

Écrit par : Giulia | 03/11/2011

Les commentaires sont fermés.