Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/01/2012

Le retour (4)

[Extrait]


- Tu te fais hermétique et incontournable", a t´on dit au Mézigue.

- Tes dires ne sont pas aussi simples comme ils prétendent l'être, a t´on surenchérit.

Le Mézigue répondit :

"Entre le perpétuel et l'éphémère j'étreins mon dessein. je sillonne la voie de mon destin, je m'habille en haillons et sandales. J´erre dans la confusion… ou plutôt pour la confondre et suivre les chemins de croix de mes aïeux les bohémiens, les sentiers des troubadours,  les traces des bédouins,  les feux éteints des campements des Joualas. Pour que cesse la confusion... Pour que les cieux ne me tombent plus sur la tête, pour que les mille trous de ma tête s'obstruent d'eux-mêmes.

Cèdres et baleines de l'Atlas ont leurs délires. Moi j'ai les miens. Mes flagrants délires sont en moi. J'en porte les stigmates et les gênes d'Isli et Tisslit, Antar et Abla, Samson et Dalila, le Prophète voilé et la Reine de Saba.  Je porte en moi toutes les histoires qui ont fait  l'Homme et la Femme depuis Adam et Eve."

...


Rachid Daouani

Casablanca, mardi 10  Janvier 2012, 3H30 

Tous droits réservés

19:31 Écrit par danyrachid dans Récits | Commentaires (0) | | | Digg! Digg |  Facebook

13/10/2011

Le retour (3) -

 [extrait]

« Pourquoi la poésie et la peinture m'a-t-on dit, il n’y a pas mieux à faire ?»

Voilà ce que fut ma réponse : «J'écris pour assumer ma tristesse, je peins pour effacer mon désarroi. J'écris pour moi pour me rendre à mon enfance... et j'écris aussi pour tous ceux qui ne veulent pas ou n'ont pas encore eu le courage ou l'idée de le faire...et qui ont tant de choses à dire.

Je n'ai pas choisi l'écriture. Je n'ai pas choisi la peinture. Elles sont venues à moi sans avertissement préalable. Elles se sont imposées et m'habitent dores et déjà. Je les prends telles qu'elles me sont venues, aimantes et désireuses de moi, sans ambages sans faux-fuyants, pour me mettre devant mon miroir... Je les mets et remets à moi, à vous, à la vie     ... »

 

Rachid Daouani

Extrait inédit du "Retour…Roman en cours, 2011

 

Tous droits réservés 

 

 

11:41 Écrit par danyrachid dans Récits | Commentaires (3) | | | Digg! Digg |  Facebook

13/09/2011

Intensité - Fragments de vie

[Extraits du chapitre  Intense bonheur ]

"Ayant compris qu’il n’est qu’une infime particule de l’univers il ne veut avoir aucune maitrise ni sur les êtres ni sur les choses, ni sur les événements non plus. Il est le fils de l’instant présent et du bonheur furtif et fulgurant .

Il a aussi compris que la seule richesse est celle du partage des petites choses et des petits instants sans posséder ni être possédé.

Malgré les distances et les différences les miroirs estompent le temps et reflètent la belle osmose à laquelle il a tant aspiré"

Rachid Daouani, 13 septembre 2011

 

"Malgre les distances et les différences,  il a compris que les miroirs estompent le temps et les espaces...  il se rend, sans résistance aucune, à cette plénitude que l'Univers lui offre."

Rachid Daouani, 19 septembre 2011

Tous droits réservés

12:13 Écrit par danyrachid dans Pensées, Récits | Commentaires (1) | | | Digg! Digg |  Facebook

12/09/2011

Nocturne - Fragments de vie

[Extrait du Chapitre : Nocturne

 

Il se réveille toujours à 4h10 du matin avec la même image du ciel qui s'écroule sur sa tête...

Il vomit ses tripes à chaque fois qu'un repas les assemble...

Il n'arrive pas à se défaire de ce cauchemar...

Il n'est bien que loin...loin d'elle... il n'est heureux que dans son errance...

Il dévale les kilomètres pour semer ce cauchemar...

Il ne vit en harmonie avec l'univers que dans les lignes de fuite. ..

 

Rachid Daouani

12 septembre 2011

16:12 Écrit par danyrachid dans Pensées, Récits | Commentaires (0) | | | Digg! Digg |  Facebook

03/09/2011

Survie - Fragments de vie

Premier Fragment (extrait)

 

L'avenir est à venir. Il ne fait pas encore partie de ma mémoire.

De mes souvenirs je ne peux faire abstraction.

Ils sont en moi. Ils sont mon passé.

Je vis. Je survis grâce aux silences.

Les silences de mes nuits qui acceptent de m'accueillir.

Le désert. Le silence est mon instinct de survie et ma mémoire.

Moi, l'Être issu des incertitudes et des hésitations de l'univers,

L'Être de l'insoluble équation ...

Je suis Être/Homme dans toute sa force et sa vulnérabilité.

 

Rachid Daouani

02 septembre 2011

02:45 Écrit par danyrachid dans Pensées, Récits | Commentaires (0) | | | Digg! Digg |  Facebook