Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/01/2014

De la colère

Comment je vois la colère

"La colère cette émotion universelle mais universellement marocaine ne cesse de me tracasser, de me titiller surtout avec les questions incessantes et légitimes de mes étudiants en synergologie. Elle aggrave mes insomnies et me met très en colère contre ses origines, ses causes, les réactions qu’elle suscite en nous et surtout les conséquences fâcheuses ou non qu’elle provoque.
Pour un rien, une broutille nous nous mettons rapidement en colère. Pour un « oui », pour un « non ». Tout est prétexte pour se mettre dans tous ses états émotionnels et passer à l’action pour intimider ou agresser l’autre qui en est, à notre sens et dans notre logique, le responsable de cette réaction. Nous nous sentons désignés, agressés, visés, insultés, amoindris…et j’en passe, par tout acte émanant de l’autre. Pourquoi donc ?
Car nous n’avons pas le même système de valeur qui, quant à lui, ne dépend pas que de notre culture, de notre enfance, du milieu familial. Chacun a ses repères et ses sentiments de « Hagra »/persécution, de supériorité et/ou narcissisme. D’où la relativité presque absolue de la réciprocité dans les relations sociales, au travail, en famille, dans le couple. Elle reste relative car chacun la conçoit et la mesure en fonction de son système de valeurs.
La colère répond à un manque, à un vide ressenti par tout un chacun vis à vis des actions ou réactions de l’autre. Elle est aggravée par les nouvelles mutations que vit la société marocaine depuis plus de vingt ans…Elle est encore plus flagrante dans la vie du couple qui s’est retrouvé exclu, sans préparation aucune, de la Grande Famille et jeté dans la famille nucléaire formée de deux individus avec des systèmes de valeurs différents et une réciprocité fragile ou complètement absente. Et c’est dans ce sens que tout un chacun, des deux individus du couple, pense qu’il a toujours raison et qu’il fait beaucoup plus que l’autre et le pousse à agir de manière colérique et coléreuse… »
Rachid Daouani, 29/30 Décembre 2013
P.S : Je dis merci à tous ceux qui m’ont inspiré ce sujet et je demande pardon à tous ceux chez qui j’ai provoqué une colère. Je vous souhaite à toutes et à tous une nouvelle année sans colère, beaucoup d’amour et de bonheur.

11:21 Écrit par danyrachid | Commentaires (1) | | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

La force d'un récit a toujours résidé dans sa simplicité, mais sa valeur psychologique (ou psychanalytique puisque j'y ai ressenti une sorte de cure) dans la profondeur de ses mots et la pertinence de leur usage. Votre plume est toujours si douce et vous maniez sa douceur de sorte à ce que la manifestation de vos sentiments soit toujours si criarde et que le pourquoi de vos messages atteigne les cœurs. Vos paroles sur cette fameuse "colère" sont si pesées et si réfléchies qu'elles pénètrent l'âme de l'individu, et je ne vois que ce proverbe antique d'Eschyle qui puisse résumer vos belles paroles: " La Parole apaise la Colère".

Écrit par : Mesk Ahmed | 25/04/2014

Les commentaires sont fermés.