Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/06/2011

Bribes de moi

"Te quitter par la pensée ne serait-ce qu'un soupçon de l'entre-secondes me plonge dans l'insoutenable sensation de te perdre encore et à jamais..."

Quelle affreuse folie que de vouloir 

Cette fusion

Débile orgueil

Du mâle 

En mal d'être

Fort et résistant

Je le croyais

Invincible

Je le pensais

"Immaculèment" mâlien ...

Sans ambages

Sans faux-fuyants

J'ai tout défié

J'ai cru avoir maîtrise sur les êtres et les choses

Piteux destin que voilà

Les événements me dépassent

Peindre...écrire...Voilà le fin mot de l'histoire. Ma vérité depuis bientôt trois ans. Ma blessure est tellement profonde que les sutures restent superficielles.

Périple périlleux et séduisant où les mots et les couleurs sont mes armes et mon ravitaillement. Je vogue sur les mots et je m'harnache des couleurs. De ma nudité sort le mâle reptile. De mes doigts je fais danser les mots et les couleurs qui scintillent dans ma tête trouée en une farandole d'étoiles .

Le temps est suspendu, l'espace est circulaire. La circularité n'est pas vacante... Elle se répète. La répétition ne tourne pas à vide, même si rien ne se répète.

J'erre. Je suis les lignes de fuite de ma main. 

Je n'avance ni ne recule. Je marche. 

Je vais, je viens. Je ne cherche ni ne trouve…  J'erre

Je suis entrain de recouvrer ce que j'étais avant ton avénement.

 

L'errance... C'est fou mais c 'est beau.

Je retrouve mes anciens repères, mes anciens gestes, ma voix d'antan, mon corps d'autrefois.

C'est fou mais c 'est beau de retrouver toutes mes mémoires.

 

16:38 Écrit par danyrachid dans Lettres, Pensées | Commentaires (3) | | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Il n'est de maîtrise que sur soi-même...

Le mystère de la foi est cette confiance qui offre la plénitude, la force de l'amour, le détachement de la pensée, de la peur ... Elle ouvre la voie de la sérénité, sur laquelle le doute se perd ...

Écrit par : zakia | 17/06/2011

Les mots ne peuvent se substituer à l'amour, ils ne peuvent et ne doivent qu'en être les messagers ...

Écrit par : zakia | 17/06/2011

Splendide épanouissement d´un Être,
révélé par tes si poétiques pensées.

Merci très cher Rachid pour ce partage

Écrit par : Regards | 17/09/2011

Les commentaires sont fermés.