Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/09/2012

Immolation

 

J’ai pris pour concubine

un univers en faillite

la teneur fébrile du désert

où s’érige la nuit immaculée

et cette once de tiédeur 

entre mes doigts

suspendue.

 

Auréolé des cris primaires

collés  à mon ombre nue

je m’immole

au parvis

de la divine comédie.

 

Rachid Daouani

Casablanca, le 6 Septembre 2012

Tous droits réservés

13:52 Écrit par danyrachid dans Prose et Poésie | Commentaires (0) | | | Digg! Digg |  Facebook

Les commentaires sont fermés.